Je m’apprête à agir comme médiatrice dans un conflit opposant un gestionnaire et son employée, qui se croit harcelée psychologiquement par lui. Dans la salle de conférence, les opposants anxieux, mais attentifs, m’écoutent expliquer mon rôle. Je vois enfin un sourire quand je leur exprime une grande vérité : « Ce n’est pas parce qu’on parle français qu’on se comprend! Je serai pour vous une interprète ».

Nous sommes tous si profondément différents. Sur le plan biologique, l’ADN de chaque être humain est unique, à l’exception des jumeaux identiques qui ont le même. De plus, tout le monde possède un bagage de vie, de croissance et d’apprentissage différent. Chacun capte le monde à travers des filtres de toutes sortes : neurobiologiques, culturels et personnels. On pourrait presque dire qu’il y a autant de réalités que d’êtres humains. En fait, nous sommes des milliards d’étoiles gravitant dans une même galaxie.

Toutefois, la majorité croit qu’il est facile de communiquer entre gens de bonne foi. Ce mythe est rassurant, mais FAUX. Pour les choses simples et les activités de tous les jours, bien sûr que nous arrivons à nous comprendre. Cependant, dès que les émotions, les croyances, les souffrances personnelles et les angoisses de chacun apparaissent, déjà la communication dérape. Ajoutez à cela des perceptions différentes ou partielles de la réalité, des procès d’intention, des interprétations, la vastitude des préjugés et plus personne ne communique vraiment. De plus, sous l’effet du stress, l’écoute mutuelle demeure faible, car le triomphe sur l’autre importe davantage. La guerre est à deux pas.        

L’employée souhaitait recevoir plus de reconnaissance de la part de son gestionnaire qui lui refusait un poste. Elle désirait ressentir une confiance, de la gentillesse et de la confiance vis-à-vis de son autonomie. Pour sa part, le gestionnaire, qui se décrivait comme une personne rationnelle, désirait que l’employée livre la prestation demandée. Tout simplement! Bien sûr, il pestait contre la mentalité d’une employée syndiquée, mais il n’avait jamais voulu la harceler. Mon rôle de médiatrice consistait à tracer un pont de compréhension entre eux. Nous avons convenu d’une entente de fonctionnement en misant sur le respect et la volonté de travailler en harmonie.  

Savoir que la véritable communication est une action difficile enlève, je crois, de la honte et le sentiment d’incompétence. La beauté de ce constat est de réaliser que nous avons le pouvoir de changer. Il suffit d’apprendre, de s’outiller ou même de se rappeler ensemble les règles de communication très simples pour éviter une multitude de maux. Heureusement, je réalise que la grande majorité des gens désirent briller de tous leurs feux, que la paix, le bonheur, la bienveillance et l’empathie demeurent des aspirations profondes. Je crois que nous ne pourrons survivre à ces guerres perpétuelles, et que le changement commence par chaque individu. Ma conférence « Améliorer les communications au travail » traite de cela, tout en offrant des méthodes simples et efficaces qui ont des retombées positives dans les milieux de travail. Nous sommes des étoiles dans le même univers, et il me semble que chacun peut y trouver sa place.